Djellaba histoire et signification

Djellaba histoire et signification

Sommaire

    Djellaba est apparue d’abord au Maroc et s’est progressivement étendue à tous les pays du Maghreb. Traditionnellement, la djellaba est vêtement en laine très long à manches longues que portaient les hommes et les femmes au Maroc. Dans la culture berbère, la couleur de la djellaba indique l’état matrimonial du porteur.

    Certaines sont munies d’une capuche, utilisée à l’origine pour se protéger contre des agressions extérieures comme le soleil et les tempêtes de sable lors d’un long d’un passage dans le désert. En revanche, dans les montagnes d’Algérie et du Maroc, ils peuvent retenir la chaleur et couvrir le visage lorsqu’il neige ou qu’il pleut. Très ample et ajustée avec un tissu confortable, la djellaba est portée par d’autres personnes tout simplement parce qu’elles la trouvent très appropriée pour le travail.

    Dans les mariages, baptêmes et autres cérémonies religieuses ou familiales, il se porte également dans une version plus formelle avec une paire de chaussons.

    Mais quelle est l’histoire de ce vêtement typique de Maroc et que représente-t-il pour la personne qui le porte ? La rédaction vous révèle tout à ce sujet dans les lignes qui suivent.

    Djellaba

    Qu’est-ce qu’une djellaba ?

    Le mot djellaba ou jillaba est vie de l’un des trois termes apparentés en arabe, utilisé pour désigner les vêtements tenues traditionnelles portées par les hommes marocains ou les femmes marocaines, ou encore les deux. Ce sont le jilbab, la jillaba et la galabiyya (ou jallabiyya).

    La consonne « g » est caractéristique de l’arabe égyptien et d’autres formes arabes utilisées dans différentes parties du monde arabe. Le mot vif jallaba ou tajallaba signifie porter des vêtements ou être vêtu d’un vêtement, et est utilisé en termes matériels ou métaphoriques. Djellaba fait référence à une robe-chemise ample ou (le plus souvent au début des années 2000) à mi-mollet ou (le plus souvent au début des années 2000) ou à des vêtements portés dans diverses sociétés arabes et d’autres groupes islamiques.

    Dans la plupart des cas, il sera fait de coton, mais il est rarement fait de tissus de soie ou de laine. Les termes connexes jilbab, jillaba et galabiyya font référence à des vêtements qui ont des formes similaires et qui sont portés comme des vêtements laïques traditionnels dans la région, mais qui ont une signification particulière lorsqu’ils sont appliqués aux contextes islamiques contemporains.

    Quelle est l’histoire de djellaba ?

    La différence entre la djellaba et la robe Marocaine ou caftan marocain se résume généralement à la capuche. Ce vêtement semblable à une robe est généralement conçu avec des tissus légers et fluides sur toute la longueur, avec des manches longues et toujours muni d’une capuche marocaine classique. Ceci est souvent complété par des pompons marocains traditionnels.

    Bien que certaines djellabas soient simples et unies, le véritable habit traditionnel sera également complété par d’authentiques broderies marocaines et même des détails perlés typiques de la haute couture marocaine.

    Les Djellabas sont originaires de la culture berbère au Maroc. À l’origine, cette robe était conçue pour les hommes, et le tissu était beaucoup plus épais pour affronter le jour et la nuit dans le désert. Les détails de la capuche sont une partie importante du design, car il était à l’origine utilisé pour protéger le porteur du soleil et du vent dans le désert marocain.

    En tant que symbole de transition des garçons rejoignant les hommes dans le désert, la djellaba est devenue populaire auprès des femmes marocaines. À partir des années 1940, les femmes portaient la djellaba comme symbole de libération, ce qui est contraire aux traditions vestimentaires spécifiques des hommes et des femmes. Depuis ce moment-là, la djellaba est devenue un incontournable de la garde-robe masculine et féminine au Maroc, et s’est répandue dans le monde entier comme un article de mode époustouflant.

    Quelles sont les significations de la djellaba ?

    Un vêtement très important pour la religion

    Le jilbab est un terme spécial à côté de khimar (un couvre-chef) et le hijab (mot plus général pour quelque chose qui sert de couverture). En effet, il apparaît directement dans le Coran. Le verset (33 : 59) montre brièvement comment les épouses du prophète Mahomet (et par déduction, les femmes musulmanes) doivent se vêtir : « Ô Prophète, dites à tes femmes et à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener leurs capes [! De jilbab] autour d’eux [quand ils vont à l’étranger]. Ce sera mieux, afin qu’ils soient reconnus et non ennuyés » (Pickthall p. 449).

    Ce passage met en lumière plusieurs raisons du regain d’intérêt pour le jilbab. Puisqu’il y a plus de musulmans en contact que jamais avec des non-musulmans ou vivant dans des pays non-musulmans, de nombreuses personnes souhaitent rendre leur identité visible afin qu’elles puissent être reconnues.

    Jilbab signifie qu’une femme pieuse doit prier régulièrement, éviter le porc et l’alcool et éviter les compromis avec des hommes sans lien de parenté. À des fins islamiques, le jilbab reflète un intérêt pour l’islam « pur » représenté par le prophète Mahomet. Cela fait partie des efforts panislamiques pour trouver un terrain d’entente entre les différentes sectes et cultures du monde musulman.

    Un reflet d’une culture

    Bien que les vêtements djellaba Marocaine soient devenus populaires, il s’agissait bien au début des vêtements des hauts fonctionnaires. Classe, élégance et tenue, elle a habilement habillé la personne la plus noble et a été considérée comme une pièce vestimentaire de la haute-couture. Au Maroc, la djellaba de Bzou est très appréciée des hauts dignitaires. Plusieurs facteurs tels que son tissage à la main, la complexité de sa fabrication et ses finitions influencent le prix de la djellaba. De plus, beaucoup de gens se l’arrachent. Mais la djellaba « bzouia » n’est pas accessible à tout le monde !

    L’utilisation de vêtements a un langage potentiel, et sa signification vient du contexte social et culturel des vêtements et du mouvement et de la manipulation des vêtements dans des circonstances spécifiques. Se concentrer généralement sur l’analyse du code derrière la forme du vêtement est plus instructif que d’explorer le vêtement en termes de matériaux et de fonctions.

    Hormis l’aspect religieux, l’habillement des femmes et des hommes arabes et musulmans ne peut se réduire à des éléments matériels à fonctions utilitaires. Il reflète les principes fondamentaux de la vie privée, la fonction de transmission du statut et de l’identité. Même dans le cas de la même forme des sexes, il traduit également les frontières entre les sexes, la situation historique de résistance à l’occupation étrangère et d’opposition aux idéaux européens, et le centre européen imposé par l’État Image socialiste ou règles vestimentaires coloniales et restrictions sur les choix vestimentaires des gens.


    Vous aimerez aussi

    Articles récents